Réflexions sur les « actes antisémites » de février 2019

Avant d’analyser la récente succession d’événements qui ont vu la question de l’antisémitisme revenir au tout premier plan médiatique en ce mois de février 2019, à travers toute une série d’actes et « agressions » antisémites montées en épingle, il faut mettre la séquence en perspective en revisitant un certain nombre d’affaires édifiantes qui ont défrayé la chronique ces dernières annés, je veux parler de ce qu’il est convenu d’appeler les « fausses agressions antisémites »i. Comprendre cette nouvelle séquence de février 2019 est fondamental dans la mesure où c’est le prétexte, pour la classe politique et médiatique – ardemment et de près suivis par toutes les organisations juives de France – de stigmatiser les Gilets jaunes par un nouveau – quoique éculé – angle d’attaque, à vocation paralysante. Attention Gilets jaunes ! vous avertit votre grand ami et soutien Bernard Henri Levy le 18 février sur Europe 1 « Cela ne veut pas dire que le mouvement est intrinsèquement antisémite, mais cela veut dire qu’il serait temps qu’ils se manifestent fortement pour dire « pas en notre nom », pas comme ils le font maintenant « oui, d’accord, mais »… Il n’y a pas de mais. ». En soi, une telle mise en garde de la part de ce faussaire intellectuel tout entier dévoué à la cause d’Israël et de ses guerres devrait suffire à reléguer cet enjeu au tout dernier des rangs des préoccupations des Gilets jaunes en particulier, et des Français en général, mais la mise en perspective avec des affaires passées comparables est extraordinairement éclairante.

Entrons sans plus attendre, en suivant l’ordre chronologique, dans une quinzaine de fausses agressions antisémites de ces 20 dernières années, que je me suis efforcé de résumer en une quinzaine de lignes à chaque fois. Quand nous atteindrons le mois de février de 2019, la conclusion s’imposera d’elle-même, et elle devra suffire à toute personne douée de bon sens, d’éthique, et qui a fini par admettre qu’à chaque fois qu’un sujet important est traité dans les grands médias, à grand renfort de tam-tams et de mégaphones, il faut conserver son sang froid et la plus grande méfiance.

Quelques fausses agressions antisémites

10 mai 1990 – la profanation du cimetière de Carpentras

Pour bien voir jusqu’où peut aller la correspondance, il faut commencer par une affaire plus ancienne. Le 10 mai 1990, la France découvre consternée que 34 sépultures du cimetière juif de Carpentras ont été profanées. Les briseurs de tombe, peut-être inspirés par l’expérience des charognards de Timisoara, sont allés jusqu’à extraire de sa tombe un octogénaire fraîchement enterré qu’ils ont allongé sur un piquet de parasol. La réaction de l’État est foudroyante. Le ministre de l’intérieur Pierre Joxe accourt aussitôt en hélicoptère de Nîmes, et, ayant fait l’enquête seul pendant le trajet, parvenu sur place tonitrue : « Il n’y a pas besoin d’enquête policière pour savoir qui sont les criminels, coupables de cette “abomination raciste”. » Plus fort encore, il a deviné que c’est le Front National qui doit endosser la responsabilité de cette horreur. Jean-Marie le Pen, « comme tous ceux qui expriment leur antisémitisme de façon explicite depuis des dizaines d’années […], est un des responsables, non pas des actes de Carpentras, mais de tout ce qui a été inspiré par la haine raciste. » Au 20 heures de TF1, le président de l’assemblée nationale Laurent Fabius au bord des larmes déforme sciemment les faits en prétendant que le déterré a été empalé « avec un manche de pelle dans l’anus ». Le lendemain, l’affaire fait la une de tous les médias qui suivent la même ligne. Le 14 mai une manifestation d’indignation réunit entre 80 000 et 200 000 personnes à Paris. Le Pen, de son côté, qui passait à la célèbre émission politique l’heure de vérité le 9 mai, dénonce deux jours plus tard une manipulation. Des années plus tard, « obscure » est le mot qui revient le plus souvent pour qualifier cette affaire. Plusieurs pistes ont été successivement suivies, aucune ne s’avérant décisivement convaincante. Hubert Védrine lui-même qualifiera franco cet événement de « manipulation » par la suite. Ce dont on est sûr aujourd’hui c’est que le Front National n’avait strictement rien à voir dans cette affaire. Plus que le pauvre cadavre extrait de sa tombe, c’était le parti de Jean-Marie le Pen qui était la cible de la profanation du cimetière de Carpentras. Le but de la manipulation était politique : comme le Front National avait le vent en poupe dans les intentions de vote, pointait la possibilité d’une alliance avec la droite républicaine qui aurait battu le PS de François Mitterrand. Grâce à cette affaire et au concert de tam-tam médiatique qui l’accompagne, cette alliance devient impossible, le FN étant durablement diabolisé tant aux yeux de la classe politique que de l’opinion publique. Une des conséquences indirectes de la manipulation de Carpentras est qu’elle va faciliter, deux mois plus tard, le 13 juillet, le vote de la loi Fabius Gayssot, pénalisant toute position « révisionniste » sur le génocide des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

13 octobre 2000 – un enfant juif poignardé dans une école ?

Deux mois après le début de la seconde intifada, le grand rabbin de France Joseph Sitruk, sur France Inter pousse un cri d’alerte depuis Jérusalem où il participe aux fêtes de Soukhot : « Nous avons appris vendredi que des jeunes gens avaient été poignardés, six précisément. L’un d’eux est décédé des suites de ses blessures. C’est extrêmement grave. C’est la première fois qu’un juif est assassiné en France depuis la guerre, parce qu’il est juif et uniquement parce qu’il est juif. » Quand la police se rend sur place, elle constate toutefois qu’il ne s’est rien passé et le rabbin est contraint de démentir. Tout en dénonçant l’inconséquence du rabbin, le journal Le Monde préfère tout de même le présenter comme une victime… de la rumeur. Titre : « le Grand rabbin de France victime des « rumeurs » ». Même son de cloche chez Liberation. Titre : « Le grand rabbin de France dépassé par la psychose ». Aucune faute individuelle de sa part, bien sûr, mais faute à un certain climat antisémite : « Pour les représentants de la communauté, ces rumeurs délirantes ne sont pas propagées par d’obscurs manipulateurs. Il s’agit bien plus, explique-t-on, de l’expression collective d’une angoisse qui monte à chaque «mort aux juifs» entendus dans les cortèges et à chaque image de synagogue vandalisée. Le tout étant exacerbé par une «campagne médiatique» jugée hostile à Israël. » Le slogan « mort aux juifs » n’a jamais été entendu dans une seule manifestation depuis 60 ans, et comme le suggère le rabbin lui-même, depuis la fin de guerre aucun juif n’a été tué en France parce que juif. Il s’agit d’une invention ou d’un délire.

3 avril 2002 – « Nadine Mouk » menace José Bové,

Le 2 avril 2002, la synagogue Or Aviv, dans le XIIème arrondissement de Marseille est sinistrée par un incendie. Comme cet incendie est aussitôt présenté comme un acte antisémite, le président Jacques Chirac et le premier ministre Lionel Jospin font aussitôt une déclaration publique émue et indignée, et annoncent après avoir rencontré le président du CRIF Roger Cukierman la mobilisation de 110 hommes supplémentaires pour sécuriser les lieux juifs en France. Pour le président du CRIF de Marseille, l’enquête a déjà livré ses conclusions : « Nous attendons les résultats de l’enquête de police, indiquait de son côté Clément Yana, président du Crif à Marseille, mais il est évident qu’il s’agit d’un acte criminel clairement antisémite, lié à la situation au Proche-Orient. » Le lendemain, José Bové, tout juste expulsé d’Israël après un séjour dans les territoires palestiniens, avec une dizaine de personnalités anti impérialistes, hasarde à chaud une autre hypothèse : « Il faut se demander à qui profite le crime. Je dénonce tous les actes visant des lieux de culte. Mais je crois que le gouvernement israélien et ses services secrets ont intérêt à créer une certaine psychose, à faire croire qu’un climat antisémite s’est installé en France pour mieux détourner les regards. » José Bové doit immédiatement affronter une campagne de lynchage politique et médiatique qui le pousse à présenter publiquement ses excuses sur France 2 trois mois plus tard. En même temps qu’il subit cette intense pression, il reçoit par courrier, à l’instar de ses compagnons du voyage en Palestine occupée, une lettre contenant une balle de 22 long rifle accompagnée d’un bristol sur lequel était écrit : « La prochaine n’arrivera pas par la poste », signé « Nadine Mouk ». Le patronyme fait spontanément penser à un arabe, mais l’enquête aboutit à une conclusion différente. L’auteur des lettres s’avère en fait être un certain Raphaël Shoeman, un juif âgé de 65 ans. Lors de la perquisition de son domicile, les policiers découvrent un véritable arsenal de guerre, comprenant des armes acquises en Suisse après l’envoi des lettres. Malgré cet ensemble d’éléments accablants indiquant que le terroriste juif était au bord de commettre un massacre, la justice se montre d’une clémence stupéfiante lors de son procès en mars 2003 : seulement 10 mois de prison avec sursis, et un euro symbolique à verser à chacune de ses victimes. Les parties civiles qui réclamaient 10 000 euros de dommages et intérêts n’ont rien reçu. Il est vrai que M. Shoeman, pour sa défense, expliquera qu’il a été traumatisé par son expérience des camps de concentration, où il est entré à l’âge de deux ans. Quant aux armes, il avancera un argument en béton : « Je n’avais aucune intention de passer aux faits, surtout avec des armes ». Un militant nationaliste ou « islamiste » aurait certainement pris des années de prison ferme et subi un lynchage médiatique dans les règles, qui aurait été étendu à tous les membres de sa « communauté » sans distinction, avec dissolution en pagaille des associations communautaires pouvant y être rattachées de près ou de loin.

3 janvier 2003 – le rabbin Gabriel Farhi poignardé dans sa synagogue

Le 3 janvier 2003, vers 16h30, alors qu’il se trouve seul dans sa synagogue, le rabbin Gabriel Farhi est poignardé à l’abdomen par un homme casqué ayant juste avant crié « Allahou Akbar ! ». Telle est en tous cas l’histoire qu’il délivre et qui en quelques heures occupe la première place dans tous les médias français. Jacques Chirac dénonce immédiatement un « acte odieux », et le ministre de l’intérieur Nicolas Sarkozy annonce qu’il se rendra le lendemain à la synagogue du mouvement juif libéral de France, dont M. Farhi était l’un des trois directeurs depuis 12 ans. Cependant les policiers qui enquêtent, et les médecins qui l’examinent, ont rapidement des doutes et la rumeur commence à prendre de l’ampleur : c’est le rabbin lui-même qui se serait auto mutilé. Dans un premier temps, l’homme et son avocat se dressent vent debout contre ces soupçons. « Une rumeur ignoble » éructent-ils. C’est comme s’il était atteint « d’un second coup de couteau encore plus violent que le premier », théâtralisent-ils. Le ton général des médias les mois qui suivent est cependant sans ambiguïté : plus personne ne défend la thèse de l’agression antisémite. Dans ces conditions il y a lieu de soupçonner, également, que la lettre reçue par le rabbin le matin-même de l’agression, dans laquelle on pouvait lire : « Nous aurons la peau du rabbin Gabriel Farhi et nous vengerons le sang de nos frères palestiniens… », était également un faux. Les doutes sont également légitimes sur l’origine de l’incendie criminel dont sa voiture a été la cible trois jours plus tard. Il faut attendre septembre 2008 pour que, en toute discrétion, la justice rende une ordonnance de non-lieu. Non seulement le rabbin n’a pas été inquiété pour cette manipulation, mais il continue toujours d’officier en tant que rabbin dans la même synagogue. Mieux, il n’a cessé de militer activement depuis, par exemple pour faire interdire les spectacles de Dieudonné, pour défendre le grand rabbin de France Gilles Bernheim accusé – à raison – de plagiat et de mensonge sur ses diplômes. Entre rabbins véreux de haut niveau, il faut savoir se serrer les coudes.

1er novembre 2003, restaurant cacher l’Atrium, Aubervilliers

Dans la nuit du 1er novembre 2003, un incendie ravage le restaurant juif « l’atrium », à Aubervilliers. D’après l’un de ses propriétaires, Richard B , il s’agit forcément d’un acte antisémite. En effet, la mezouzah de la porte arrière, un objet de culte juif placé au chambranle de l’entrée d’une demeure, a été jeté au sol. Sans vérifier et avant toute enquête les organes de la communauté juive réagissent et font éclater leur émoi. Quelques jours plus tard toutefois, l’homme passe aux aveux face aux enquêteurs : c’est lui-même qui a incendié son restaurant. En effet il croulait sous les dettes et 15 jours auparavant, venait de recevoir un avis d’expulsion. Il espérait ainsi toucher 300 000 euros en dédommagement de la part de son assurance. On ne trouve aucune trace sur internet du nom de famille de l’escroc, et de l’étendue de la peine à laquelle il a été condamné.

Janvier 2004 – le juif qui s’envoyait de faux messages antisémites

En janvier 2004, Alex Moïse, secrétaire de la fédération sioniste de France et porte-parole du Likoud en France, porte plainte après avoir reçu une série de messages téléphoniques antisémites. « Sale youpin », « tu vas crever, sale sioniste ». C’était l’époque où l’homme était en première ligne, sur tous les fronts, pour inciter à la haine contre Dieudonné et faire interdire les spectacles de l’humoriste au motif de risque de troubles à l’ordre public. C’est dans ce climat que, par exemple, un groupe de jihadistes juifs de la LDJ a fait irruption dans l’un de ses spectacles à Lyon pour hurler en cœur : « Dieudo ! negro ! les juifs auront ta peau ! ». Une bombe incendiaire a également été jetée dans la salle blessant un enfant de 13 ans. Deux mois après la plainte, les policiers en arrivent toutefois à une interprétation différente des messages reçus par M. Moïse : l’homme se les est envoyé à lui-même, pour augmenter la pression sur l’humoriste franco-camerounais. Jugé devant la 17ème chambre correctionnelle il écope d’une peine légère : 750 euros d’amendes. Par la suite, jusqu’à sa mort, l’homme a poursuivi ses activités militantes au sein de la communauté juive qui ne lui en a nullement tenu rigueur. Alors que dans toute communauté ordinaire, un tel acte aurait rendu odieux et méprisable son auteur, et entraîné son exclusion de la communauté sous les huées, voici le communiqué dont s’est fendu le président du CRIF Richard Prasquier, à l’occasion de la mort de M. Moïse début décembre 2012 : « C’était un militant exceptionnel, recherchant toujours l’intérêt collectif avant les préoccupations d’amour-propre personnelles. Il avait l’amour d’Israël chevillé au corps, était au premier rang quand il s’agissait de lutter contre les manifestations de haine anti-israélienne. »

9 juillet 2004 – fausse agression antisémite sur le RER D

Le 9 juillet 2004, Marie-Léonie Leblanc déclare au commissariat d’Aubervilliers qu’elle vient d’être victime d’une agression révoltante dans une rame du RER D : une bande de six maghrébins et Africains lui ont volé son portefeuille, tailladé le visage au couteau, et… écrit des croix gammées sur le ventre au motif de sa judéité. Elle se trouvait avec sa petite fille de 13 mois. De surcroît la scène s’est déroulée devant des témoins qui n’ont pas eu le courage d’esquisser une réaction. Deux heures plus tard, avant toute enquête, le ministre de l’intérieur Dominique de Villepin, suivi peu après par Jacques Chirac, dénoncent dans un communiqué « un acte ignoble raciste, et antisémite ». D’autres politiques et journalistes accusent à demi-mot les passagers présents dans les rames de lâcheté. Marie-George Buffet, du PC, initie l’organisation d’une « marche contre la barbarie ». Plus généralement, c’est le point de départ d’un immense battage médiatico politique. La France retient son souffle. Plus rien d’autre n’a d’importance sur la terre. La police, de son côté, fait son travail et avance au rythme qui est le sien, et ses conclusions sont bien différentes : Mme Leblanc est une mythomane qui a tout inventé. Elle arguera lors de son procès 15 jours plus tard : « Je voulais que l’on s’occupe de moi, que mes parents et Christophe (NDLR: son compagnon) s’occupent de moi. » Elle a inventé les croix gammées et les agresseurs maghrébins eu égard à la récurrence de ces thématiques dans les médias. Mme Leblanc écope d’une peine clémente : 4 mois de prison avec sursis, 2000 euros d’amende, et obligation de se soigner. Si les personnalités médiatiques dans l’ensemble reconnaissent leur erreur, ils sont loin de présenter des excuses ; au contraire, ils s’évertuent à justifier le dérapage de Mme Leblanc par le climat d’antisémitisme qui règne dans le pays, dont elle ne saurait être tenue reponsable. Je renvoie à l’article de synthèse publié par Magnis H. Abdallah, « l’affaire du RER D, chronique d’un emballement politico-médiatique », pour le détail de ces réactions pleines de compréhension et de mansuétude du monde politico médiatique.

22 août 2004 – L’incendie du centre social juif de la rue Popincourt à Paris

Dans la nuit du 21 au 22 août 2004 un incendie ravage un centre social juif du XIème arrondissement parisien. Quand les pompiers sont parvenus à maîtriser l’incendie ils découvrent sur le mur du centre des croix gammées dessinées à l’envers et des inscriptions antisémites truffées de fautes d’orthographe (« Itler=la France »/ « Vive l’Islames »/ « Sans les juives le monde serait heureux », par exemple). Un groupe inconnu, les « partisans de la guerre sainte islamiste » revendique l’action « sur un site internet islamiste », nous apprennent les médias. Le président Chirac, le ministre de l’intérieur de Villepin, le premier ministre Raffarin, dénoncent aussitôt un odieux acte antisémite, ce dernier allant jusqu’à affirmer, s’étant précipité sur les lieux : « Je voudrais dire que les auteurs de tels crimes – ici, nous pouvons parler de crimes puisqu’il y a incendie volontaire et signature raciste – encourent des peines de prison pouvant aller jusqu’à vingt ans ». Tous les représentants des organisations juives grimpent sur les perchoirs pour pousser des cris d’orfraie. Deux jours plus tard, le chef de la diplomatie israélienne Sylvan Shalom en visite en France vient se recueillir solennellement sur les lieux. Dix jours plus tard, coup de théâtre: après 48 heures de garde à vue, le gardien du centre social juif, Raphaël Benmoha, juif de 52 ans, avoue qu’il est l’auteur de l’incendie. En conflit avec son employeur qui le tenait pour fou et n’en voulait plus, et en voie d’être expulsé du logement qui lui avait été prêté gratis par un rabbin (logement qu’il avait transformé en invivable capharnaüm – dans lequel il lui arrivait d’entreposer le fruit de ses vols, car c’était en plus un voleur), M. Benmoha a pris le parti de se venger en mettant le feu au centre, en maquillant son crime en fausse agression antisémite. Il possédait le double des clés du centre et avait vu un épisode de la série PJ passé en 2003 sur France 2 qui mettait en scène un ex-employé du même centre l’ayant incendié pour se venger d’en avoir été renvoyé. C’est ce produit culturel qui lui a fourni l’inspiration. Il est difficile de trouver sur la toile un article détaillant sa condamnation. On peut douter qu’il ait pris 20 ans, comme Raffarin le promettait.

5 juillet 2012 – agression d’un élève de l’école Ozar Atorah dans un train Toulouse Lyon

Le 5 juillet, en fin de matinée, les médias à l’unisson empoignent les trompettes de l’apocalypse pour diffuser cette nouvelle, impensable : un jeune juif de 17 ans, Lior Chekroun, a été victime d’une violente agression antisémite dans le train Toulouse Lyon. Élève à l’école OzarAtorah, là même où l’on nous dit que Mohamed Merah a perpétré une tuerie trois mois plus tôt, ses deux agresseurs maghrébins repèrent une médaille juive typique à son cou et l’entendent parler au téléphone à une personne dont il reconnaissent le nom juif. Les agresseurs lui demandent de venir s’expliquer sur la plate-forme de bout de wagon, et là lui font passer un sale quart d’heure. Les suspects sont rapidement identifiés, il s’agit de deux jeunes maghrébins qui venaient de passer les tests pour intégrer l’armée. Le ministère de l’intérieur, par la voix de Manuel Valls promet aussitôt « des sanctions sévères ». La totalité des médias, avant toute enquête, s’emparent de l’affaire qui de nouveau devient la seule chose importante sur la terre. Les deux suspects sont rapidement identifiés, placés en garde à vue, et mis en examen. Quatre jours plus tard, l’un des deux « agresseurs » peut donner dans le Midi libre une autre version des faits qui, n’ayant été démentie nulle part, et les « agresseurs » ayant finalement été relâchés sans aucune charge contre eux, doit être considérée comme la bonne : l’embrouille est venue du fait que le jeune juif parlait fort au téléphone dans le wagon, les deux jeunes lui ont demandé poliment d’aller sur la plate-forme pour ne pas déranger les passagers. Il s’est montré malpoli, a refusé, puis après une seconde demande, a intimé au jeune maghrébin de venir s’expliquer avec lui sur la plate-forme, où il l’a immédiatement agressé d’un coup de tête, lui cassant le nez, provoquant donc une bagarre interrompue au bout de 40 secondes par des passagers s’étant interposés. Le jeune juif voyageait par ailleurs sans billet et a été verbalisé en conséquence. Bref, l’inversion accusatoire est totale. Ironie de l’histoire ce jeune pervers mythomane, n’est rien de moins que l’un des témoins directs de la tuerie perpétrée par Merah dans son école quelques mois plus tôt.

10 février 2015 – Paris XVI, comment sortir de cet arrondissement sordide ?

En juillet 2014, Pierre et sa femme Suzanne B, un couple de juifs septuagénaires vivant dans un HLM du XVIème arrondissement parisien vont porter plainte pour dénoncer un fait horrible : des croix gammées ont été dessinées sur leur boîte aux lettres. L’impensable se reproduit en août, en décembre1, puis en janvier, et ils déposent de nouveau plainte, et leur peur est telle qu’ils ont pris la décision de quitter un temps leur quartier pour se protéger. L’affaire trouve son dénouement quand l’auteur des tags antisémites est arrêté en flagrant délit le 10 février 2015. La police l’arrête alors qu’il venait de taguer le mot « juif » en grandes lettres blanches sur une vingtaine de véhicules de son quartier. Et le suspect s’avère être… l’homme qui avait porté plainte quelques semaines plus tôt. Il est placé en garde à vue et une analyse graphologique confirme rapidement qu’il était dès le premier tag le graffeur antisémite. Les policiers relèvent par ailleurs que les tags se sont arrêtés quand le couple a « fui » un temps le quartier pour échapper à son climat de terreur. L’homme et la femme avaient été amenés à des internements psychiatriques par le passé. Le mobile dans tout ça ? Le couple voulait changer de HLM, celui dans lequel ils logeaient étant trop exigu à leurs yeux (59m2), et avec ces tags ils comptaient pouvoir faire pression sur la régie immobilière de Paris pour parvenir plus rapidement à leurs fins. On trouve des traces de l’issue de cette histoire sordide dans les sites juifs francophones, aucune dans les grands médias nationaux.

18 novembre 2015 – la fausse agression d’un professeur juif à Marseille

Le 18 novembre, l’effroyable nouvelle tombe. Vers 20 heures, Tzion Saadoun, la cinquantaine, professeur d’histoire-géographie au lycée Yavné dans le XIIIème arrondissement de Marseille a été attaqué par trois individus. Comme il portait une kippa, ses agresseurs ont exhibé un T-shirt à l’effigie de Daech et des photos de Mohamed Merah sur leur portable et lui ont tailladé au couteau les jambes, les bras, et le ventre. les attentats de Paris ont été perpétrés 5 jours plus tôt. Tous les politiques et les médias s’emparent de l’histoire dénonçant hystériquement avant toute enquête un acte antisémite, et l’homme passe dans de nombreux médias juifs ou nationaux pour raconter son histoire à qui veut l’entendre. Mais c’est finalement, deux mois plus tard, l’hypothèse de l’automutilation qui est retenue, les traces de tailladage sur son corps ne correspondant pas à celles de ses vêtements. Plus simplement, les blessures sont extrêmement superficielles et ne sauraient correspondre à la violence de l’agression racontée par le professeur. Quoique l’homme ait nié jusqu’au bout avoir menti, il est finalement condamné, le 12 mai 2016, à six mois de prison avec sursis, à comparer avec les sept ans de prison ferme pris par l’agresseur d’un autre enseignant juif deux mois plus tard, un lycéen kurde de 15 ans – il aurait pu prendre 20 ans s’il avait été majeur.

12 décembre 2015 – la fausse agression d’un professeur juif à Aubervilliers

Le 12 décembre, la France entière découvre l’indicible horreur : un professeur juif de 45 ans a été agressé au cutter et aux ciseaux dans l’école maternelle Jean Perrin d’Aubervilliers. Hospitalisé pour des blessures au cou et à l’abdomen, l’homme raconte avoir été agressé par un homme cagoulé et ganté qui lui aurait dit, avant de passer à l’acte : « C’est pour Daech, ce n’est qu’un avertissement, ce n’est que le début. » La ministre de l’éducation nationale Najat Vallaud Belkacem se rend aussitôt sur les lieux, et avant toute enquête, dénonce un « acte d’une grande gravité, inadmissible ». Le parquet antiterroriste est aussitôt saisi et tous les médias poussent ensemble le même cri d’indignation contre un acte qui rappelle les heures les plus sombres de notre histoire. Lors de son témoignage, l’homme avoue rapidement toutefois avoir tout inventé, ce qui pousse l’éducation nationale à le suspendre pour une durée de quatre mois. L’enquête ayant établi finalement l’invraisemblance complète du témoignage, le tribunal décide de le condamner en février 2016 pour « dénonciation mensongère à une autorité judiciaire entraînant des recherches inutiles. » Heureusement pour l’enseignant, comme son interrogatoire a été mené à l’hôpital quand il était sous morphine, l’avocat du professeur parvient à frapper de nullité ses premiers aveux de même que toute la procédure et obtenir la relaxe complète de son client. Loin d’éprouver le moindre remords, celui-ci à la sortie du tribunal a bombé le torse : « Je me réjouis que justice ait été rendue, ma parole a été écoutée. (…) Je reprends mon boulot dès que j’irai mieux. »

Novembre 2017 – tags antisémites à Marseille

Le 23 novembre, la France entière découvre horrifiée, grâce aux grands médias, que le mot « juif » est régulièrement tagué en gros depuis une semaine sur la devanture des commerces et des portes de garage de Marseille, dont nombreux sont la propriété de juifs. Aussitôt le CRIF porte plainte et ses représentants multiplient fiévreusement les comparaisons avec la nuit de Cristal et la barbarie nazie. La tenue d’un spectacle de Dieudonné à Marseille deux jours plus tard est invoquée comme cause probable, et la nécessité d’interdire l’humoriste de se produire est avancée comme remède à ces dérives terrifiantes. Les grands médias unanimes s’emparent dans le même tempo de l’affaire d’état sur le même ton hystérique… affaire qui se dégonfle complètement quand, le lendemain matin, l’auteur des graffs se rend de lui-même au commissariat. Il est juif et « juif » est sa signature de graffeur. Le journal la Provence explique la démarche de l’homme : « Il voulait rendre une sorte d’hommage en taguant ainsi et il n’avait pas mesuré l’émotion que ça allait susciter, expose une source proche de l’enquête au au journal local. Devant l’ampleur prise par l’affaire, il est allé voir les membres de la communauté pour s’expliquer et a décidé ensuite de se rendre. » Le CRIF, loin de s’excuser pour ses hurlements hystériques précoces et de condamner fermement l’auteur des graffitis, rappelle dans sa rectification « l’importance pour la société française de montrer un visage uni face à l’expression de la haine, du racisme et de l’antisémitisme, sous toutes ses formes. » Aucun des articles de rectification publiés le 24 novembre ne donne le nom du graffeur, le ton haineux et hystérique de la veille fait soudain place à un ton mesuré et plein de mansuétude. On ne sait pas si une action judiciaire a été engagée contre cet homme, ou si les magasins tagués – un magasin chinois par exemple – ont décidé de porter plainte, au moins pour dégradation.

Synthèse

On trouve toutes sortes de mobiles finalement dans ces agressions montées de toutes pièces par des juifs : exacerber artificiellement un éventuel terrible péril antisémite pour (re)mettre la question de l’antisémitisme au cœur du débat, laisser libre cours à un penchant criminel, arnaquer sa compagnie d’assurances, parvenir à l’interdiction des spectacles de Dieudonné et sa condamnation, trouver un exutoire à son mal-être ou à sa folie, rejeter la responsabilité d’une agression sur l’agressé alors que l’on est l’agresseur, stigmatiser les arabes et les musulmans amalgamés au péril islamofachiste, accélérer l’obtention d’un logement social, se venger d’ennemis personnels. Jamais dans ces affaires n’apparaît de mobile noble et consensuel auquel on pourrait s’identifier.

On est en revanche frappé par la récurrence de profils qui correspondent à ce qu’il faut bien appeler des cas psychiatriques, des gens dangereux pour eux-mêmes, mais surtout pour les autres ; une folie qui n’empêche pas une certaine forme de lucidité puisque nombre de ces fausses agressions sont organisées peu après des attentats terroristes « islamistes », ou dans des périodes ou la question de l’antisémitisme revient au cœur du débat public. Avoir l’esprit détraqué n’empêche pas forcément de flairer les bons coups. C’est d’ailleurs cette congruence qui, en partie, pousse les médias a réagir à chaud sans discernement. Ils ne sont pas aidés, il faut bien le dire par les politiques, qui sont les premiers à accourir groupés au chevet de la « victime », et à donner le la avec les éléments de langage impersonnels les plus indignés avant même le commencement d’une enquête. Il est saisissant à ce propos de constater à quel point ces derniers n’apprennent jamais de leurs erreurs. Les organisations juives elles-mêmes semblent regretter sincèrement en ces occasions cette attitude pavlovienne par rapport à ce genre de phénomène, habituées qu’elles sont à devoir trier quotidiennement une infinité de rumeurs d’actes antisémites qu’on leur fait parvenir.

On est également frappé du contraste entre la violence des menaces proférées à l’encontre des présumés coupables antisémites au moment où l’affaire éclate, et la mansuétude envers les faussaires juifs quand la supercherie est révélée. Les peines de prison et les amendes promises fondent comme neige sous chalumeau, le ton se fait souvent compréhensif et compatissant. On omet de nommer le coupable ou alors on ne donne que l’initiale de son nom, comme si l’on voulait le protéger ou ne pas attirer l’opprobre sur sa famille. Pour résumer le processus à un mouvement unique, il faut se figurer un homme ivre de haine et de violence ayant entamé avec le bras une gifle monumentale, mais se retenant au dernier moment pour finir en caresse quand conscience est prise que le visage qui va être frappé est celui d’un « frère ». Si ça n’était pas le cas…

Quand il s’agit de personnalités éminentes de la communauté juive, le rabbin de Marseille ou le porte parole du Likoud en France, l’identité est impossible à éluder, mais que leur arrive-t-il par la suite ? Sont-ils chassés de leurs organisations communautaires comme des brebis galeuses dont les turpitudes pourraient très négativement rejaillir sur l’ensemble de leur communauté ? Non, après qu’un peu d’eau a coulé sous les pont – et pas besoin de beaucoup d’eau -, ils reprennent leur place et leurs actions militantes comme si de rien n’était.

Tous les journalistes qui rendent compte dans un premier temps de ces fausses agressions antisémites agrémentent leurs articles de références à la Shoah et au nazisme, et se terminent souvent par la citation d’une statistique tendant à montrer que les actes antisémites sont en train d’exploser en France. La révélation de la supercherie en révèle a posteriori le caractère délirant, et d’autant plus si l’on considère la disproportion monstrueuse entre les actes considérés et les événements historiques invoqués.

En ce mois de février 2019, de nombreux Gilets jaunes ont découvert qu’en plus d’être des beaufs, des poujadistes, des extrémistes, des complotistes, etc., ils sont maintenant des antisémites et doivent absolument prendre une position claire sur cette question afin d’expulser les brebis galeuses du mouvement. Comment en est-on arrivé là ?

La séquence d’ « actes antisémites » de février 2019

Le 10 février, les médias révèlent à l’opinion publique ce qui est censé être l’événement le plus important et le plus grave de l’acte 13 des Gilets jaunes. Lors de la manifestation parisienne, des manifestants auraient peint en jaune sur la devanture d’un magasin juif de la rue Jean du Bellay – en fait il l’aurait plutôt été dans la nuit du vendredi au samedi. La réaction du ministre de l’intérieur Christophe Castaner donne une idée du traumatisme ressenti par la classe politique : « ‘Juden’ (juif en allemand) en lettres jaunes, comme si les plus tragiques leçons de l’Histoire n’éclairaient plus les consciences. Notre réponse : tout faire pour que l’auteur de cette ignominie soit condamné. Notre honneur : ne rien laisser passer. »

Le lendemain 11 février la crainte des journalistes, des politiques, et des organisations juives se confirme quand ils découvrent horrifiés que deux boites aux lettres arborant une représentation de Simone Veil ont été souillés d’une croix gammée dans une rue de Paris. La machine s’emballe immédiatement. Alors que, complètement décrédibilisés, ils demeuraient terrés dans leurs grottes depuis des semaines, les voilà qui sortent tous ensemble, requinqués, pour clamer leur indignation et dire halte à ces intolérables dérives. Alors que la compassion a été nulle pour tous ces yeux crevés, ces gueules cassées, et ces mains de gilets jaunes arrachées à chaque manif pendant les trois premiers mois (12)ii, l’émotion est portée à son comble par un symbole tracé au feutre sur deux images – et bien sûr nul ne sait qui à ce stade là en est l’auteur, et il est peu probable qu’on le sache jamais. Ce qu’on sait et ce que tout le monde doit savoir – en particulier les Gilets jaunes – c’est qu’il s’agit forcément d’un acte antisémite.

Le 17 février, lors de l’acte 14 des Gilets jaunes, on franchit encore un cran dans l’horreur avec l’agression verbale du philosophe juif sioniste Alain Finkielkraut. « raciste », « espèce de sioniste », grosse merde », « la France est à nous », s’entend-il dire vertement. A partir de cet instant il n’y a plus que cela dans les médias pendant deux jours. Cela devient le sujet unique. Le maelström est tel que certains vont jusqu’à propager la rumeur selon laquelle il aurait également été traité de « sale juif ». Les médias corrigeront peu après en suggérant tout de même que dans tous les cas cela revient au même. Nul ne veut se souvenir des positions islamophobes qu’il a pu tenir par le passé, ni de ses positions ouvertement pro-sionistes, ni de cette phrase dans laquelle il disait que la France méritait sa haine.

Face à cette succession de dérives gravissimes, le pouvoir décide d’organiser une grande manifestation contre l’antisémitisme le 19 février deux jours plus tard, à laquelle s’associent naturellement le pouvoir, tous les médias, et toutes les organisations juives françaises. Malheureusement pour ces « foulards rouges », la manifestation fait un flop, comme en témoigne cette réaction amère de Serge Klarsfeld sur LCI face à Jean-Pierre el Kabach : « L’ensemble des Français n’étaient pas là. Ceux qui n’étaient pas juifs étaient en général absents. Je le regrette. »

Indifférence terrible quand en plus on apprend, le jour-même – le hasard -, que dans la nuit du 18 au 19, environ 80 tombes du cimetière juif de Quatzenheim dans le Bas-Rhin ont été découvertes profanées avec des croix gammées peintes en bleu et en jaune. Aucune enquête n’a été menée mais qu’importe : comme le souligne la classe politique et médiatique unanime, il s’agit d‘un ignoble acte antisémite qui révèle une dérive dangereuse de notre société et il faut le hurler immédiatement au haut parleur sur tous les toits par tous les canaux possibles.

La veille, 18 février, tombait à point nommé le dîner du CRIF, réunissant toute la classe politique et toutes les organisations juives de France, lors duquel tout cet ensemble de coïncidences récentes put être commenté à chaud. Ce fut l’occasion par exemple de demander que l’antisionisme soit pénalisé au même titre que l’antisémitisme, de demander des mesures plus sévères contre les brebis galeuses de la République, la possibilité accrue de fermer les sites internet vecteurs de haine, et d’identifier et traquer de façon encore plus précise et sévère les particuliers qui diffusent le venin raciste et antisémite sur la toile. Ce fut également l’occasion de rappeler la statistique divulguée une semaine auparavant par le gouvernement : la hausse de 74 % des actes antisémites en France au cours de l’année écoulée – statistique en fait produite non pas par le gouvernement mais par ceux-là mêmes qui mettent inconsidérément en exergue les fausses agressions antisémites pour minorer la fraude par la suite.

Heureusement, dans le même temps l’enquête sur l’agression de Finkielkraut avance à toute vitesse, le Gilet jaune ayant proféré le plus nettement des insultes est identifié, convoqué par la police judiciaire, et placé en garde-à-vue. Il se trouve qu’il s’agirait, selon la garde des sceaux « d’un musulman pratiquant, proche des milieux salafistes ». Plus c’est gros plus ça passe ?

etc.etc.

J’arrête cette chronique alors que l’affaire est loin d’avoir connu ses dernières évolutions. Il est évidemment trop tôt pour connaître tous les tenants et aboutissants de cette série d’événements. Les médias et les politiques, qui disposent d’une boule de cristal, peuvent révéler la vérité – immédiatement éternelle – au quart de tour, et prononcer les insultes et les accusations publiques les plus graves contre les cibles qu’on leur indique, aussitôt et sans le moindre frein, le point de vue de la police qui vient à peine de commencer l’enquête comptant en fait pour rien. Mais comme nous l’avons vu, ce genre de boule de cristal est très très largement faillible, quand il ne s’agit pas de fraude pure et simple avec minoration systématique de la fraude par la suite. Il arrive beaucoup trop souvent que celui qui la propose au regard du pigeon s’avère au final un vicieux charlatan.

Et l’on éprouve la désagréable impression, en confrontant cette récente série d’« actes antisémites » avec ceux de la liste précédente, d’avoir possiblement affaire à une synthèse de tous les types de fraude ordinairement constatées dans les fausses agressions antisémites de ces 20 dernières années.

Terminons par un bref rappel

1) Arrive-t-il que des cimetières ou des tombes juifs soient profanés pour faire porter ensuite immédiatement le chapeau à des gens qui n’ont rien à voir avec mais que l’on veut diaboliser ? La réponse est oui.

2) Arrive-t-il que des juifs écrivent eux-mêmes des croix gammées et des inscriptions antisémites sur la voix publique pour faire porter le chapeau à d’autres ? La réponse est oui, et c’est même fréquent.

3) Tant dans l’affaire des deux croix gammées sur des images de Simone Veil, que de l’inscription « juden » sur un magasin juif et de la profanation du cimetière, les politiques, les médias et les organisations juives ont-ils porté des accusations violentes et précises avant toute enquête ? La réponse est oui dans les trois cas.

4) Le dîner du CRIF, qui par hasard se tenait dans le même créneau a-t-il été l’occasion de profiter de ces affaires, a-t-il été l’occasion de faire pression sur le gouvernement pour faire passer des lois liberticides – par exemple que l’antisionisme devienne pénalisable ? La réponse est oui.

5) Parmi tous ceux, juifs ou non, qui se sont scandalisés de la terrible agression verbale dont a été victime Alain Finkielkraut, en est-il un seul qui a dénoncé les violences policières et témoigné de sa compassion pour les éborgnés et blessés graves parmi les Gilets jaunes depuis plus de trois mois ? La réponse est : aucun.

6) L’agression dont a été victime M. Finkielkraut est elle comparable aux agressions physiques subies par les Gilets jaunes (yeux énucléés, mains arrachées, etc.), voire beaucoup plus grave ? Non seulement la disproportion est monstrueuse, mais qu’on puisse faire ne serait-ce que le commencement d’une comparaison témoigne d’un mépris de la vie humaine en général, et du peuple français en particulier.

Que chacun en tire les conclusions qui s’imposent. C’est une question de bon sens, ou de point de vue… sachant que le point de vue d’un menteur et/ou d’un fou est ennemi du bon sens…

François Belliot, 5 mars 2019


i Certains sites de la ré information font depuis des années la recension des ces fausses agressions antisémites. Je songe en particulier à l’association Egalité & Réconciliation qui le fait de manière systématique. Je renvoie en particulier à l’article « top 10 des fausses agressions antisémites », publié en juillet 2015 sur leur site internet..

ii Je signale à ce propos que la vidéo du lien 2, intitulée « Gilets jaunes – illégitimes violences de l’État -, n’a pas plus à la plate-forme youtube où elle a notamment été postée. Très rapidement, elle a été likée a hauteur de 20000 fois, puis arrêt brusque et stagnation alors qu’au vu du contexte, elle avait tout pour être virale. Quelques semaines plus tard, le chiffre de 20000 a été divisé par 10 jusqu’a 2000. Et précisons qu’elle n’a été postée qu’une seule fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *