L’activité de Daech en France de 2015 à 2019 (synthèse)

Cet article est la synthèse de la base de données détaillant 34 opérations attribuables à Daech en France de 2015 à 2019. Il analyse la transition brutale de la propagande anti terroriste à la propagande anti Covid 19. Il met en lumière ce qui fait le propre des opérations non revendiquées et des opérations revendiquées par Daech. Parmi les opérations revendiquées, il rappelle ou révèle toutes les anomalies et coïncidences que plus de la moitié de ces opérations comportent. Il fait enfin le bilan des dispositifs et lois antiterroristes mis en œuvre pour lutter contre la menace des attentats terroristes.

Continuer la lecture de « L’activité de Daech en France de 2015 à 2019 (synthèse) »

L’activité de Daech en France (base de données)

Introduction

Ceci est une base de données concernant les meurtres et exactions attribuables à des « combattants de l’EI (alias Daech) » en France entre le 25 mai 2013, date d’une tentative de meurtre au couteau à la Défense, et le 3 octobre 2019, date de l’assassinat de quatre fonctionnaires de police à la préfecture de police de Paris. En tout une trentaine affaires sont passées en revue.

Elles sont réparties, grosso modo, dans la période correspondant à l’expansion foudroyante de l’organisation EI en Irak et en Syrie à partir de juin 2014, jusqu’à son éradication officielle fin mars 2019.

Cette liste comprend à la fois les nombreuses affaires attribuées, à tort ou à raison, à des « loups solitaires » prétendument pilotés par Daech, et celles plus rares impliquant de nombreux participants, et une logistique incomparable, au premier chef la tuerie de Charlie Hebdo du 9 janvier 2015 et les attentats du 13 novembre 2015. Disons-le d’emblée, si ces deux énormes affaires paraissent s’inscrire dans un continuum, elles représentent des singularités sui generis.

Continuer la lecture de « L’activité de Daech en France (base de données) »

La bibliothèque d’Amedy Coulibaly

Amedy Coulibaly et ses quatre romans

Introduction

Le présent article, comme celui consacré à Lassana Bathily, le faux héros de l’Hyper Cacher, est un peu le fruit du hasard. On défriche dans une direction, et soudain on tombe sur un belvédère inattendu – en l’occurrence des plus surréalistes – qui retient l’attention et fait naître le besoin de brosser un tableau aussi détaillé que possible de ce qui s’étend sous nos yeux. C’est Astrid de Larminat, journaliste au Figaro, qui la première, le 12 janvier 2015, dans un article intitulé « Pennac et Nothomb dans la bibliothèque de Coulibaly » a attiré l’attention sur ce qu’on pourrait appeler la « bibliothèque d’Amedy Coulibaly », du nom de l’assassin de Clarissa Jean-Philippe à Montrouge le 8 janvier, et du preneur d’otages de l’Hyper Cacher le 10 janvier. Deux mois plus tard, le 20 mars, Alexis Kropotkine, sur son site le greffiernoir.com, a approfondi la réflexion dans un article intitulé : « Une créature de rêve de Patricia Highsmith dans la vidéo de revendication avec Pennac et Nothomb ». J’ai trouvé cette histoire fascinante et il m’a semblé qu’il restait des choses à en dire.

Continuer la lecture de « La bibliothèque d’Amedy Coulibaly »

Le progrès dans tous ses états

Le progrès dans tous ses états

Au début de l’été 2019, nous sommes allés à la rencontre des Parisiens pour sonder leur opinion sur la notion de « progrès ». Nous leur avons posé à chaque fois les trois mêmes questions :

1) Que représente le progrès pour vous sur un plan personnel ?

2) Que représente le progrès pour vous au niveau de la société ?

3) Dans l’ensemble, pensez-vous que nous progressions ou que nous régressions ?

Continuer la lecture de « Le progrès dans tous ses états »

Introduction au discours anticomplotiste : le cas de la guerre en Syrie

Introduction

Collecter les preuves étayant une conspiration de vaste ampleur, du genre de celles qui débouchent sur des guerres illégales et sanglantes ou des escroqueries monumentales peut prendre des années voire des décennies, et pour cause : ceux qui en sont à l’origine sont assez puissants pour réduire au silence les témoins gênants et respectent toujours cette règle d’or d’avoir le contrôle de tous les médias de masse susceptibles de révéler la conspiration en pleine lumière. Et quand il devient enfin possible d’y voir clair, les conspirateurs ont eu dix fois le temps d’engranger le bénéfice de leurs malversations et ne sont plus susceptibles d’être inquiétés. D’où l’intérêt de disposer de révélateurs susceptibles d’accélérer la nécessaire prise de conscience dans l’opinion publique.

Un tel révélateur, facile d’accès, existe : il réside précisément dans le dispositif médiatique mis en place pour placer sous l’éteignoir toute contestation de la version officielle d’un événement manipulé afin d’orienter vers de fausses pistes et de faux coupables, tout en chargeant méthodiquement ses contestataires de toutes les accusations possibles et imaginables. Appelons un tel dispositif le dispositif anticonspirationniste, terme que nous abrégeons dès à présent en « AC ».

Continuer la lecture de « Introduction au discours anticomplotiste : le cas de la guerre en Syrie »

L’instrumentalisation des lois antiterroristes (2/2): les Gilets jaunes

Février 2019 : parution du rapport annuel du Défenseur des droits

En février 2019, le Défenseur des droits Jacques Toubon rend public le rapport de l’institution à la tête de laquelle il a été nommé cinq ans plus tôt. Le poste de Défenseur des droits qui a été créé lors de la réforme constitutionnelle du 23 juillet 2008, en remplacement du Médiateur de la République, de la HALDE, du Défenseur des enfants, et de la Commission nationale de déontologie et de sécurité. Le Défenseur des droits est nommé par le Président de la République pour un mandat de six ans non renouvelable et non révocable. Sa nomination est soumise au vote de l’Assemblée Nationale et du Sénat. « Ce mode de désignation garantit l’indépendance de la fonction », nous explique le site vie-publique.fr. Le périmètre d’action du Défenseur des droits est expliqué dans le titre XI de la Constitution (article 71-1) : «  Le Défenseur des droits veille au respect des droits et libertés par les administrations de l’État, les collectivités territoriales, les établissements publics, ainsi que par tout organisme investi d’une mission de service public, ou à l’égard duquel la loi organique lui attribue des compétences. »

Continuer la lecture de « L’instrumentalisation des lois antiterroristes (2/2): les Gilets jaunes »

L’instrumentalisation des lois antiterroristes (1/2): Dieudonné

Introduction : Lois antiterroristes votées depuis décembre 2012

Avant d’analyser ce qu’on pourrait appeler la double-affaire Dieudonné, un rappel historico-juridique est indispensable. Depuis le début des années 2010, précisément à partir de l’affaire Mohamed Merah – abattu par le RAID le 22 mars 2012 – la France s’est dotée de toute une volée de lois visant à prévenir le terrorisme et son apologie. En décembre 2012, est votée une loi qui permet de juger les ressortissants français ayant participé à des infractions terroristes à l’étranger. Cette loi prolonge jusqu’en décembre 2015 la disposition temporaire autorisant la surveillance dans un but préventif des données de connexion (internet, géolocalisation, factures détaillées de téléphone). En avril 2014, pour lutter contre le basculement de centaines d’individus dans l’engagement radical violent, le plus souvent en lien

Continuer la lecture de « L’instrumentalisation des lois antiterroristes (1/2): Dieudonné »

Entretien à Radio Courtoisie sur la guerre en Syrie

François Belliot sur Radio Courtoisie

En novembre 2018, J’étais reçu sur Radio Courtoisie pour évoquer pendant une heure et demie mon second volume de chroniques sur la guerre en Syrie, notamment consacrées à l’affaire Hamza el-Khatib de mai 2011, au massacre de Houla du 25 mai 2012, au massacre chimique du 21 août 2013, ou encore au massacre de Khan Chaykhoun du 5 avril 2017. Le point également sur l’actualité syrienne à la fin de l’année 2018. Je n’ai accédé au fichier que début juillet, d’où ce différé. A écouter jusqu’à 1h25.

Le conte de fées nauséabond du « héros de l’Hyper Cacher »

Je vais revenir dans le présent article sur le parcours de l’homme qui fut présenté comme le « héros de l’Hyper Cacher » début janvier 2015 : un Malien sans papiers de 25 ans, à peu près analphabète, du nom de Lassana Bathily. Comme je me trouve en train de compiler toutes les attaques en France attribuables à et/ou revendiquées par l’EI depuis 2014, je suis fatalement tombé sur le morceau de bravoure de Lassana Bathily dans l’Hyper Cacher de la Porte de Vincennes, le musulman qui a sauvé des vies juives. Il s’avère finalement qu’il s’agit pour sa partie la plus essentielle d’une histoire qui a été promue, déformée, et amplifiée pour les besoins d’un certain storytelling que médias et politiques, et les organisations communautaires juives qui les influencent, souhaitaient diffuser dans l’opinion mondiale, alors que l’émotion était à son comble.

Continuer la lecture de « Le conte de fées nauséabond du « héros de l’Hyper Cacher » »

Réflexions sur les « actes antisémites » de février 2019

Avant d’analyser la récente succession d’événements qui ont vu la question de l’antisémitisme revenir au tout premier plan médiatique en ce mois de février 2019, à travers toute une série d’actes et « agressions » antisémites montées en épingle, il faut mettre la séquence en perspective en revisitant un certain nombre d’affaires édifiantes qui ont défrayé la chronique ces dernières annés, je veux parler de ce qu’il est convenu d’appeler les « fausses agressions antisémites »i. Comprendre cette nouvelle séquence de février 2019 est fondamental dans la mesure où c’est le prétexte, pour la classe politique et médiatique – ardemment et de près suivis par toutes les organisations juives de France – de stigmatiser les Gilets jaunes par un nouveau – quoique éculé – angle d’attaque, à vocation paralysante. Attention Gilets jaunes ! vous avertit votre grand ami et soutien Bernard Henri Levy le 18 février sur Europe 1 « Cela ne veut pas dire que le mouvement est intrinsèquement antisémite, mais cela veut dire qu’il serait temps qu’ils se manifestent fortement pour dire « pas en notre nom », pas comme ils le font maintenant « oui, d’accord, mais »… Il n’y a pas de mais. ». En soi, une telle mise en garde de la part de ce faussaire intellectuel tout entier dévoué à la cause d’Israël et de ses guerres devrait suffire à reléguer cet enjeu au tout dernier des rangs des préoccupations des Gilets jaunes en particulier, et des Français en général, mais la mise en perspective avec des affaires passées comparables est extraordinairement éclairante.

Continuer la lecture de « Réflexions sur les « actes antisémites » de février 2019 »