Octobre 2020 – l’été indien terroriste en France

Résumé : Cette étude passe au crible les trois attentats perpétrés à l’automne 2020 en France : le 25 septembre 2020, l’attaque au hachoir de deux employés de l’agence Premières Lignes devant les anciens locaux de Charlie Hebdo ; le 16 octobre 2020, la décapitation de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie à Conflans-Sainte-Honorine ; le 29 octobre 2020, le triple assassinat de la basilique Notre-Dame de Nice. Elle remet en perspective ces trois affaires sanglantes avec toutes celles du même type perpétrées de 2015 à 2019, après la longue parenthèse covidienne globalement respectée par les terroristes partout en Europe. Elle pointe l’hystérie médiatique et politique disproportionnée et l’instrumentalisation par le régime français de ces trois agressions, dans le contexte de l’ouverture, après cinq ans d’attente, du procès des attentats de janvier 2015 et la republication par Charlie Hebdo des caricatures de Mahomet, médiatisation outrancière bien utile pour faire oublier la catastrophe économique en cours et à venir, catastrophe aggravée par les mesures anti Covid de plus en plus délirantes, liberticides et antidémocratiques. Elle souligne enfin la duplicité du pouvoir, qui d’un côté prétend lutter de toutes ses forces contre la menace terroriste, et de l’autre laisse toutes les portes du pays grandes ouvertes aux aspirants jihadistes, en soutenant de fait ces derniers à l’extérieur, qu’il s’agisse d’Al Qaida en Syrie, ou d’Al Qaida au Yémen.

Continuer la lecture de « Octobre 2020 – l’été indien terroriste en France »

L’instrumentalisation des lois antiterroristes (2/2): les Gilets jaunes

Février 2019 : parution du rapport annuel du Défenseur des droits

En février 2019, le Défenseur des droits Jacques Toubon rend public le rapport de l’institution à la tête de laquelle il a été nommé cinq ans plus tôt. Le poste de Défenseur des droits qui a été créé lors de la réforme constitutionnelle du 23 juillet 2008, en remplacement du Médiateur de la République, de la HALDE, du Défenseur des enfants, et de la Commission nationale de déontologie et de sécurité. Le Défenseur des droits est nommé par le Président de la République pour un mandat de six ans non renouvelable et non révocable. Sa nomination est soumise au vote de l’Assemblée Nationale et du Sénat. « Ce mode de désignation garantit l’indépendance de la fonction », nous explique le site vie-publique.fr. Le périmètre d’action du Défenseur des droits est expliqué dans le titre XI de la Constitution (article 71-1) : «  Le Défenseur des droits veille au respect des droits et libertés par les administrations de l’État, les collectivités territoriales, les établissements publics, ainsi que par tout organisme investi d’une mission de service public, ou à l’égard duquel la loi organique lui attribue des compétences. »

Continuer la lecture de « L’instrumentalisation des lois antiterroristes (2/2): les Gilets jaunes »

L’instrumentalisation des lois antiterroristes (1/2): Dieudonné

Introduction : Lois antiterroristes votées depuis décembre 2012

Avant d’analyser ce qu’on pourrait appeler la double-affaire Dieudonné, un rappel historico-juridique est indispensable. Depuis le début des années 2010, précisément à partir de l’affaire Mohamed Merah – abattu par le RAID le 22 mars 2012 – la France s’est dotée de toute une volée de lois visant à prévenir le terrorisme et son apologie. En décembre 2012, est votée une loi qui permet de juger les ressortissants français ayant participé à des infractions terroristes à l’étranger. Cette loi prolonge jusqu’en décembre 2015 la disposition temporaire autorisant la surveillance dans un but préventif des données de connexion (internet, géolocalisation, factures détaillées de téléphone). En avril 2014, pour lutter contre le basculement de centaines d’individus dans l’engagement radical violent, le plus souvent en lien

Continuer la lecture de « L’instrumentalisation des lois antiterroristes (1/2): Dieudonné »

Le conte de fées nauséabond du « héros de l’Hyper Cacher »

Je vais revenir dans le présent article sur le parcours de l’homme qui fut présenté comme le « héros de l’Hyper Cacher » début janvier 2015 : un Malien sans papiers de 25 ans, à peu près analphabète, du nom de Lassana Bathily. Comme je me trouve en train de compiler toutes les attaques en France attribuables à et/ou revendiquées par l’EI depuis 2014, je suis fatalement tombé sur le morceau de bravoure de Lassana Bathily dans l’Hyper Cacher de la Porte de Vincennes, le musulman qui a sauvé des vies juives. Il s’avère finalement qu’il s’agit pour sa partie la plus essentielle d’une histoire qui a été promue, déformée, et amplifiée pour les besoins d’un certain storytelling que médias et politiques, et les organisations communautaires juives qui les influencent, souhaitaient diffuser dans l’opinion mondiale, alors que l’émotion était à son comble.

Continuer la lecture de « Le conte de fées nauséabond du « héros de l’Hyper Cacher » »

Réflexions sur les « actes antisémites » de février 2019

Avant d’analyser la récente succession d’événements qui ont vu la question de l’antisémitisme revenir au tout premier plan médiatique en ce mois de février 2019, à travers toute une série d’actes et « agressions » antisémites montées en épingle, il faut mettre la séquence en perspective en revisitant un certain nombre d’affaires édifiantes qui ont défrayé la chronique ces dernières annés, je veux parler de ce qu’il est convenu d’appeler les « fausses agressions antisémites »i. Comprendre cette nouvelle séquence de février 2019 est fondamental dans la mesure où c’est le prétexte, pour la classe politique et médiatique – ardemment et de près suivis par toutes les organisations juives de France – de stigmatiser les Gilets jaunes par un nouveau – quoique éculé – angle d’attaque, à vocation paralysante. Attention Gilets jaunes ! vous avertit votre grand ami et soutien Bernard Henri Levy le 18 février sur Europe 1 « Cela ne veut pas dire que le mouvement est intrinsèquement antisémite, mais cela veut dire qu’il serait temps qu’ils se manifestent fortement pour dire « pas en notre nom », pas comme ils le font maintenant « oui, d’accord, mais »… Il n’y a pas de mais. ». En soi, une telle mise en garde de la part de ce faussaire intellectuel tout entier dévoué à la cause d’Israël et de ses guerres devrait suffire à reléguer cet enjeu au tout dernier des rangs des préoccupations des Gilets jaunes en particulier, et des Français en général, mais la mise en perspective avec des affaires passées comparables est extraordinairement éclairante.

Continuer la lecture de « Réflexions sur les « actes antisémites » de février 2019 »

Du conflit syrien au conflit français, une couverture médiatique inversée

En mars 2011, éclatait le confit syrien, dans le sillage du Printemps arabe. Comme pour les autres pays précédemment atteints par la vague, la Tunisie, l’Égypte et la Libye, les médias unanimes ont présenté ce conflit comme le soulèvement courageux d’un peuple tentant pacifiquement de secouer le joug d’un régime ignoble dirigé par un abominable dictateur. Ceux qui se montraient dubitatifs et prétendaient faire entendre un autre son de cloche, ont vite été réduits au silence, exclus de tous les débats, traînés dans la boue et traités de tous les noms, en particulier de ceux de « complotistes » et de « conspirationnistes »i.

En novembre 2018, éclatait ce qu’on pourrait appeler, quoique les proportions demeurent incomparables, le « conflit français ». Initié par les « gilets jaunes » il a vite fait tache d’huile dans toute la France. Au-delà du problème du prix du carburant, les gilets jaunes expriment leur défiance envers le système tout entier et semblent même de plus en plus réclamer, osons l’expression, un « changement de régime ».

Continuer la lecture de « Du conflit syrien au conflit français, une couverture médiatique inversée »

Syrie : Quand les enfants sont instrumentalisés par la propagande de guerre

 

syrie-omran-l-enfant-ensanglante-qui-donne-un-visage-a-alep-bombardee-9193485 (1)

Les images du petit Omrane ont fait la une de tous les quotidiens du monde 


Le 18 août dernier, la « communauté internationale » a pris connaissance des images bouleversantes du petit « Omrane »[i], tout juste extrait des décombres de sa maison touchée par des bombardements dans la partie d’Alep tenue par les « rebelles ». On voit quelqu’un l’asseoir au fond d’une ambulance. Il est couvert de poussière, avec de nettes traces de sang sur le visage. Il a l’air hagard. Ses jambes trop courtes dépassent à peine du siège. A un moment, il esquisse un geste de la main poignant vers son œil gauche à moitié fermé et couvert de sang. Continuer la lecture de « Syrie : Quand les enfants sont instrumentalisés par la propagande de guerre »

ITW – ACC – Guerre en Syrie – Vol 1

guerre en Syrie

Le 24 septembre dernier, est paru aux éditions Sigest le premier volume du livre de François Belliot « Guerre en Syrie, le mensonge organisé des politiques et des médias français », dans lequel il met en lumière les rouages et le fonctionnement de la propagande anti-syrienne en France, en partant de cas précis, comme un débat à l’Institut du Monde Arabe le 24 février 2013, ou la couverture médiatique du point de vue des chrétiens de Syrie. Il retrace également l’évolution sur quatre années de cette propagande, dont les éléments ont changé à plusieurs reprises pour d’adapter à l’évolution de la situation sur le terrain. Nous sommes allés à sa rencontre.

Continuer la lecture de « ITW – ACC – Guerre en Syrie – Vol 1 »

Le rapport César ou le marécage de la propagande antisyrienne

Laurent Fabius rapport César

Le 7 octobre a paru le livre de Garance Le Caisne Opération César, qui relate l’itinéraire d’un photographe militaire syrien, dont le travail aurait consisté jusqu’en août 2013 à prendre des photos de cadavres d’opposants supposés torturés par le « régime ». À cette époque, il décide de fuir le pays, emportant avec lui sur clé USB 55.000 photos des dépouilles de 11.000 Syriens. Ce témoignage de César (et le livre associé) a fait l’objet d’une couverture médiatique massive faisant porter l’accusation, comme d’habitude, sur Bachar el-Assad et son régime. Il n’est pas très difficile, toutefois, de montrer qu’il s’agit là d’une énième grossière opération de propagande. Continuer la lecture de « Le rapport César ou le marécage de la propagande antisyrienne »

Bernard-Henri Lévy et la guerre en Syrie, ce monstrueux révélateur

BHL traître

Les appels appuyés et répétés de Bernard-Henri Lévy (BHL) depuis mars 2011 à l’ingérence occidentale en Syrie ne sont un mystère pour personne. Avec le recul de quatre années d’une guerre dont on ne voit pas la fin, on ne peut cependant qu’être sidéré par les diverses déclarations du nouveau philosophe sur ce sujet, déclarations qui font écho de façon troublante à celles de Laurent Fabius que nous avons pointées dans un précédent article. Continuer la lecture de « Bernard-Henri Lévy et la guerre en Syrie, ce monstrueux révélateur »