7+2+x=15 : l’équation interdite des attentats du 13 novembre (1/2)

Brigade d'intervention, livre trop méconnu de Laurence Beneux publié début 2020 aux éditions du ChercheMmidi

Alors que s’est ouvert le 9 septembre 2021 au Tribunal judiciaire de Paris, sur l’île de la Cité, le procès des attentats du 13 novembre 2021, l’occasion nous semble justifiée de publier six pages consacrées à ces événements, extraites de notre ouvrage, paru fin juillet 2021 aux éditions le Retour aux Sources : Le massacre de Charlie Hebdo, l’enquête impossible, intitulé « addendum : une omission gravissime de la commission d’enquête sur le massacre du Bataclan » (p. 72 à 79). Le titre sibyllin que nous avons choisi pour le présent article : 7+2+x=15, une équation à une inconnue très facile à résoudre, suggère que les commissionnaires ont laissé de côté – sciemment ou involontairement, c’est ce que nous allons examiner – une pelote fondamentale qu’il était pourtant un jeu d’enfant de démêler. Il nous a semblé tout aussi opportun, en complément, de rapporter des productions et publications récentes ou qui nous avaient échappé au moment de la publication de notre ouvrage, susceptibles d’enrichir le débat, qui est très loin d’être clos, et dont des aspects nouveaux surgissent régulièrement dans les médias ou ailleurs. Nous évoquerons ainsi, dans une seconde partie (1/2), un documentaire de Francis Gillery diffusé sur Arte le 3 septembre 2021, intitulé Les ombres du Bataclan, qui revient en détail sur cette omission, et qui a suscité une très vive quoique trompeuse polémique, jusque dans les murs du Tribunal judiciaire de Paris, où il a été cité par des avocats des parties civiles le 10 et le 22 septembre derniers ; également le livre de George Fenech, ancien président de la commission d’enquête parlementaire sur les attentats de 2015, intitulé Le procès et publié le 25 août 2021, qui prétend résumer l’affaire en déminant certains de ses aspects les plus polémiques, en oubliant malheureusement l’entêtante équation. Nous avons enfin jugé utile d’évoquer dans un article annexe, même si la relation ne saute pas aux yeux, l’histoire incroyable de l’ancien directeur de la Police Judiciaire de Paris, Bernard Petit, et son ouvrage autobiographique Secrets de flic, publié en juin 2018, dans lequel il raconte notamment sa très brutale mise à l’écart, le 4 février 2015, alors qu’il avait « organisé la traque des frères Kouachi, pisté Amedy Coulibaly, et donné l’assaut contre l’Hyper Cacher », comme il l’écrit lui-même.

Continuer la lecture de « 7+2+x=15 : l’équation interdite des attentats du 13 novembre (1/2) »

La secte républicaine démasquée par la Miviludes

Nous allons démontrer, dans le troisième volet de ce triptyque qui pourrait s’intituler « introduction à la secte républicaine », que les autorités françaises, depuis mars 2020, sont engagées dans ce qu’il faut bien appeler une « dérive sectaire », pour reprendre l’expression de la Mission de Vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), précisément chargée de lutter contre ce genre de phénomène. Moribonde au début de l’année 2021, la Miviludes a été ressuscitée et ses moyens décuplées à cette époque en raison d’un constat inquiétant : pendant le confinement, un nombre grandissant de Français ont délaissé les médias traditionnels pour internet, se passionnant particulièrement pour les « théories du complot » autour de multiples aspects de la pandémie et de la gestion de la crise sanitaire par les autorités, et les sites proposant des médecines et traitements alternatifs indépendants des grands laboratoires pharmaceutiques qui sont en train de distribuer à une échelle jamais vue leurs vaccins anti-covid, et de réaliser en même temps des dizaines de milliards d’euros de bénéfices (1, 2, 3). La magistrate Hanène Romdhane a été nommée à sa tête, avec pour l’épauler un conseil d’orientation dont nous avons détaillé la composition dans la seconde partie, et présidé par l’ancien député George Fenech, qui dirigea en 2016 les travaux de la commission d’enquête parlementaire sur les attentats de 2015, opération d’enfumage républicain que nous avons décortiquée dans notre dernier ouvrage : le massacre de Charlie Hebdo, l’enquête impossible. Rattachée à sa création en 1998 auprès du Premier ministre, elle a été transférée au Ministère de l’Intérieur, ses moyens ont été décuplés, ses liens renforcés avec les Ministères de la justice et des finances, afin de mieux condamner les « gourous » et mieux assécher leurs circuits financiers, et une « Ministre déléguée chargée de la citoyenneté », en l’occurrence Marlène Schiappa, lui est désormais spécialement dédiée. Le rapport du Ministère de l’Intérieur du 26 janvier 2021, intitulé « État des lieux – nouvelle tendance des dérives sectaires », que nous avons décortiqué dans la première partie, indique clairement que désormais, les deux cibles prioritaires de l’institution sont d’une part les « complotistes » et les « théories du complot », de l’autre les promoteurs de médecines alternatives qui auraient profité de la crise pour multiplier les « adeptes », au détriment des produits bio proposés pour trois fois rien par les labos – ici nous pensons particulièrement aux vaccins anti covid.

Continuer la lecture de « La secte républicaine démasquée par la Miviludes »