Émission sur le terrorisme en France + extraits censurés

Pas devant les caméras, du père de victime Patrick Jardin, l'un des rares livres sur les attentats du 13 novembre qui ose en attaquer frontalement la version officielle

Début février 2021, j’ai participé sur Radio Courtoisie en compagnie de Patrick Jardin à une émission consacrée au terrorisme en France depuis 2015. Patrick Jardin, qui a perdu sa fille Nathalie au Bataclan le soir du 13 novembre 2015, est l’auteur de « Pas devant les caméras », publié en septembre 2020 aux éditions Presses de la délivrance, dans lequel, à rebours de la plupart des auteurs d’obédience charliste, biberonnés aux droits de l’homme, l’antiracisme, et les ineffables promesses du vivre-ensemble, il dénonce sans concession l’attitude des autorités et des médias, avant, pendant, et après les attentats — d’où l’extrême difficulté à trouver un éditeur et l’omerta ou les ignobles coups bas médiatiques dont il a été victime. Il se concentre sur le Bataclan et le 13 novembre, mais l’analyse peut être étendue à tous les autres événements d’ampleur comparable qui ont endeuillé des familles françaises et d’ailleurs ces dernières années. Arrivé en retard à l’émission, j’y interviens moins que M. Jardin, mais j’aurais dû tout de même y figurer un peu plus si avant diffusion sur la toile, une âme frileuse, présidant aux destinées de cette radio pourtant beaucoup plus ouverte d’esprit que la moyenne, n’avait manié de façon grossière le ciseau de l’autocensure. Je saisis ainsi l’occasion pour rétablir, en les développant aussi complètement que possible, deux interventions purement factuelles en réponse à des questions d’auditeurs. J’y tiens d’autant plus que, patriote antiraciste convaincu, je ne voudrais pas donner l’impression d’une approche exclusivement « islamistophobe » — certains diraient « zemmourienne » — de ces événements. Je ne saurais tolérer d’être accusé de crier haro sur Mouloud, même si les médias m’y exhortent sans complexe du matin au soir, si Moché dans l’ombre est épargné alors qu’il n’a pas l’air non plus très franc du collier. Telle est en effet la règle sous tous les cieux à toutes les époques : pas d’hydre terroriste sans hydre marionnettiste, vers laquelle il est de notre devoir de pointer au moins un index formel, afin d’équilibrer la balance du jugement.

Continuer la lecture de « Émission sur le terrorisme en France + extraits censurés »

La Covid-19 au prisme de Molière (3/3)

Première partie : Molière dans le texte

Deuxième partie : Orgons et Tartuffes au XXIème siècle

Troisième partie : De Molière à Charlie Hebdo et de Louis XIV à Emmanuel Macron

L’homme est un animal rationalisant

Le propre de l’homme n’est pas d’être un animal rationnel mais un animal rationalisant. Si c’était la pure logique qui régnait en maître dans tous les esprits, les médias et le gouvernement auraient atteint une crédibilité proche de zéro dès le début du mois d’avril, et une ribambelle de têtes seraient tombées au plus haut niveau. Le bon sens est peut-être « la chose du monde la mieux partagée », disait Descartes, mais La Fontaine avait aussi raison : « L’homme est de glace aux vérités, il est de feu pour le mensonge ». Plus récemment, San Antonio, lui aussi ami des bêtes, avait cette image : « Les humains, ce sont des mulets pensants. Plus vous essayez de vaincre leur entêtement, plus ils se butent ». La tendance rationalisante de l’homme se révèle quand il se trouve placé face à une dissonance cognitive, c’est-à-dire une situation où ce qu’il perçoit entre en contradiction radicale avec ses convictions. Le phénomène a été nommé et étudié par Léon Festinger dans L’échec d’une prophétie : le gourou d’une secte avait annoncé à ses adeptes que la fin du monde aurait lieu tel jour et à telle heure, et les avait invités à assister tous ensemble au spectacle depuis le sommet d’une colline, en leur assurant qu’ils seraient les seuls à être sauvés in extremis par des extra-terrestres venus depuis la planète Clarion dans une soucoupe volante. L’heureux événement tardant à se produire, les adeptes entrèrent en patience, et pendant de longues heures défièrent, les yeux rivés sur l’horloge, l’échec de la prophétie. Cependant, de son côté, le gourou qui était une femme répondant au nom de Marian Keech cogitait ferme, et la solution lui vint opportunément par un message des extra-terrestres dicté au cours d’une soudaine transe d’écriture automatique : Eu égard à la sagesse et l’amour manifestés par ces quelques élus qui avaient daigné entendre le message, Dieu avait décidé de sauver la Terre et l’Humanité de la destruction. Immensément soulagés et le cœur gonflé d’allégresse, tous les fidèles alors redescendirent de leur colline, et loin de remettre en question les talents du devin qui les avait envoûtés, se mirent à répandre la bonne nouvelle avec un prosélytisme décomplexé, et purent ainsi, comme si de rien n’avait été, reprendre le cours de leur onirique existence.

Continuer la lecture de « La Covid-19 au prisme de Molière (3/3) »

Octobre 2020 – l’été indien terroriste en France

Résumé : Cette étude passe au crible les trois attentats perpétrés à l’automne 2020 en France : le 25 septembre 2020, l’attaque au hachoir de deux employés de l’agence Premières Lignes devant les anciens locaux de Charlie Hebdo ; le 16 octobre 2020, la décapitation de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie à Conflans-Sainte-Honorine ; le 29 octobre 2020, le triple assassinat de la basilique Notre-Dame de Nice. Elle remet en perspective ces trois affaires sanglantes avec toutes celles du même type perpétrées de 2015 à 2019, après la longue parenthèse covidienne globalement respectée par les terroristes partout en Europe. Elle pointe l’hystérie médiatique et politique disproportionnée et l’instrumentalisation par le régime français de ces trois agressions, dans le contexte de l’ouverture, après cinq ans d’attente, du procès des attentats de janvier 2015 et la republication par Charlie Hebdo des caricatures de Mahomet, médiatisation outrancière bien utile pour faire oublier la catastrophe économique en cours et à venir, catastrophe aggravée par les mesures anti Covid de plus en plus délirantes, liberticides et antidémocratiques. Elle souligne enfin la duplicité du pouvoir, qui d’un côté prétend lutter de toutes ses forces contre la menace terroriste, et de l’autre laisse toutes les portes du pays grandes ouvertes aux aspirants jihadistes, en soutenant de fait ces derniers à l’extérieur, qu’il s’agisse d’Al Qaida en Syrie, ou d’Al Qaida au Yémen.

Continuer la lecture de « Octobre 2020 – l’été indien terroriste en France »

ITW – Guerre en Syrie – Vol 2 – ACC reçoit François Belliot

Lazare Belliot
  • Entretien avec François Belliot de début septembre 2016, auteur de « Guerre en Syrie : quand médias et politiques instrumentalisent les massacres – chroniques, volume 2 », paru en septembre 2016 aux éditions SIGEST.
  • Commander l’ouvrage sur le site des éditions Sigest : http://editions.sigest.net/page00010179.html
  • media : Au Carrefour des Consciences
  • Interviouveur : Gérard Lazare

Continuer la lecture de « ITW – Guerre en Syrie – Vol 2 – ACC reçoit François Belliot »

Quand les médias instrumentalisent les massacres

massacres Syrie

Les trois événements importants que je vais passer en revue dans la suite de ces chroniques (*)  sur la guerre en Syrie, sont mis en évidence dans les chronologies retraçant la crise syrienne réactualisées à intervalles réguliers par les médias de masse.

Ces chronologies, souvent publiées sous la forme de frises, s’inscrivent dans le droit fil de tout ce que les médias publient depuis le début de la crise en mars 2011, à savoir qu’elles sont organisées et présentées de façon à donner l’impression d’un inexorable mouvement de libération de tout un peuple contre les dérives sanglantes d’un « abominable dictateur ». Continuer la lecture de « Quand les médias instrumentalisent les massacres »

L’attentat de la discothèque La Belle en en avril 1986, 1er casus belli contre la Libye de Kadhafi (3/3)

la Belle

Dans la troisième et dernière partie de cette étude sur l’attentat de la discothèque La Belle survenu dans la nuit du 5 au 6 avril 1986, nous en venons à l’indemnisation des victimes et familles de victimes par la Libye de Kadhafi, et réévaluons les responsabilités des différents états évoqués au cours de cette étude. Continuer la lecture de « L’attentat de la discothèque La Belle en en avril 1986, 1er casus belli contre la Libye de Kadhafi (3/3) »

« AMIA repetita », de Maria Poumier, retour sur le terrorisme israélien en Argentine

AMIA

Ce mois de mai 2014 est paru un documentaire de Maria Poumier sur l’attentat de l’AMIA du 8 juillet 1994 à Buenos Aires. A ce jour, deux documentaires seulement avaient été consacrés à cet événement ; non traduits, focalisés sur la politique intérieure argentine, et régulièrement éliminés de la toile, ils n’étaient guère accessibles au grand public francophone et anglophone. D’où l’intérêt de ce documentaire généraliste distribué gratuitement sur internet, sous titré en français et en anglais, et intitulé « AMIA REPETITA ». Continuer la lecture de « « AMIA repetita », de Maria Poumier, retour sur le terrorisme israélien en Argentine »

Une mise au point sur l’affaire Dieudonné : lettre ouverte à M. Patrick Eveno

Dieudonné

L’humoriste Dieudonné M’bala M’bala a révélé de façon éclatante que l’état et les médias français sont passés depuis quelques années au service d’une puissance étrangère, Israël en l’occurrence, qui y a infiltré des agents afin d’infléchir la politique intérieure et étrangère de la France à son profit. Ces agents israéliens, très présents dans les médias de masse, lancent des campagnes de lynchage médiatique et judiciaire contre toute personne qui se risque à évoquer l’existence de ce détournement de L’État français. Continuer la lecture de « Une mise au point sur l’affaire Dieudonné : lettre ouverte à M. Patrick Eveno »